Digital, ecommerce, stratégie et oenologie =)

Archives de la catégorie ‘E-commerce’

Enfin l’ère des QR codes ?

Voilà maintenant quelques années que l’on parle du potentiel des QR codes mais l’on ne constate un réel essor que depuis quelque temps, soutenu par le taux de pénétration des smartphones.

Ainsi, la période juillet-décembre 2010, outre-atlantique, a été marquée par une hausse de 1200% de leur usage.

Evolution de l'utilisation des QR codes (jul-dec 2010) aux USA

J’ai repensé à ce chiffre ce matin en voyant une publicité Yves St Laurent en dernière de couverture du magazine Psychologies, sur laquelle figure un QR Code élégamment sigle du logo de la maison. Le fait que Yves St Laurent fasse appel au QR Code m’a également fait penser à 2 autres données issues de l’étude :

• 64% des utilisateurs sont des femmes

Usage des QR codes par sexe

• 22% des utilisateurs ont entre 25-34 ans, 25% entre 35 et 44 et 22% entre 45 et 54 ans.

Usage des QR codes par tranche d'âge

….tiens, tiens, ne serait ce pas le coeur de cible de Yves St Laurent ?

Alors, un QR code, mais pour quoi faire ?

Tout d’abord, il convient de préciser une information qui a son importance : 97% des consommateurs trouvent les QR codes utiles lors de leurs achats.

Alors, où, comment et pourquoi intégrer un QR Code dans vos communications ? Les exemples sont nombreux et variés, en fonction des objectifs et de votre secteur, mais les principaux sont les suivants :

• Fournir plus d’informations sur vos produits.

Cette utilisation reste celle la plus répandue auprès des utilisateurs comme le montre le graphique ci-dessous, mais nous verrons par la suite comment et où le déployer pour un point de vente.

Usages des QR codes

Dans vos points de vente tout d’abord, où l’espace vaut cher et ne permet pas d’être encombré avec de multiples supports informant sur les caractéristiques de vos produits. En placant un QR Code sur les étiquettes de vos produits, les consommateurs pourront accéder à des informations complémentaires, des commentaires d’autres utilisateurs, des promotions…

Sur vos supports de communication « print » (packaging, flyer, catalogue,…) pour entrer dans le détail de l’utilisation de votre produit : idées recettes pour les produits alimentaires, accords avec les mets pour les vins, conseils pratiques pour les produits de beauté, composition automatique du n° d’une hotline pour les produits techniques…

• Développer vos ventes

Vous vendez à la fois en point de vente physique et en ligne ? Le QR code peut vous permettre de générer du trafic vers votre point de vente après tout achat online. Une fois la commande passée, l’acheteur reçoit un email dans lequel est inclut un QR Code, lui permettant de bénéficier d’une promotion en point de vente. Les avantages ? Rien à imprimer pour l’utilisateur et une mine d’informations pour vous, le code pouvant stocker les informations de l’utilisateurs (nom, prénom, montant de la réduction…), qui pourra ensuite être accueillie personnellement en point de vente, après que son code ait été scanné par un de vos employés.

Inversement, le QR code peut également vous permettre de générer des ventes sur votre site marchand. Insérer le sur une campagne publicitaire afin de rediriger vers la page web de votre produit, page sur laquelle le produit pourra être ajouté au « panier » de l’utilisateur, qui pourra également choisir de  « s’envoyer » à lui même le lien pour acheter plus tard.

Ce ne sont que différents types d’utilisation des QR codes et bien d’autres existent, variant selon les objectifs à atteindre, le secteur d’activité et le type de produits vendus.

Avant d’intégrer un QR code, posez-vous les bonnes questions

Intégrer le QR code dans votre stratégie commerciale / marketing, nécessite une bonne connaissance technique pour que l’expérience s’avère agréable pour l’utilisateur. Privilégiez ainsi le développement d’un site web optimisé, voire de pages dédiées pour l’affichage mobile plutôt que la redirection vers votre site officiel, si celui-ci dispose de nombreuses images (les temps de chargement seront trop longs) ou des contenus riches (comme les animations flash, vidéos, illisibles sur la majorité des smartphones).

Le QR code me paraît être très utile pour les entreprises n’ayant pas les ressources humaines, financières, technologiques pour mettre en place une application pour smartphone. Il offre une expérience d’engagement de la marque avec ses consommateurs dans un format quasi universel. Ainsi une page de présentation de recettes peut être faite en html, lisible par tous les navigateurs web mobiles, tandis que le développement d’une application nécessite d’être pensée pour BlackBerry, iPhone, Android….et engendre une multiplication des coûts de développement.

Pour en savoir plus sur les QR codes, je vous invite à consulter les sources suivantes, ayant servi à la rédaction de cet article.

http://www.mobilemarketingwatch.com/10-mobile-marketing-predictions-for-2011-according-to-the-mobile-marketing-association-12159/

http://www.mobilecommercedaily.com/2011/02/24/qr-code-usage-grows-1200pc-in-second-half-of-2011-report

http://thenextweb.com/industry/2011/02/09/mobio-reports-qr-code-use-has-exploded-by-1200-percent/

http://www.luxurydaily.com/mobile-web-is-linchpin-for-luxury-marketing-success/

http://www.mobilemarketer.com/cms/news/advertising/9191.html

http://www.mobilemarketer.com/cms/opinion/columns/9176.html

 

Publicités

Commerçants, attention avant de vous ruer sur Groupon !

Vous avez sans doute entendu parler de Groupon, le site de couponing – vente flash qui explose tous les records de croissance. Le principe est simple pour le consommateur.
1 jour = 1 deal à prix cassé
Exemple ce jour : 1 coupe de cheveux + balayage + tout le reste pour 39€ au lieu de 91€

Une belle économie pour l’utilisateur mais qu’en est il pour l’enseigne ? J’ai vu de part et d’autre de nombreux articles sur la rentabilité de l’affaire pour les points de vente y participant, notamment aux USA.

Personnellement, même s’il est considéré par beaucoup comme tel, je ne pense pas que Groupon soit un site de e-commerce. Il s’agit plutôt d’une énorme place publicitaire promotionnelle pour les points de vente. Et comme tout modèle publicitaire, pour en acheter l’espace, il faut payer. Dans le cas de Groupon, les commerçants rémunère le portail en sacrifiant leurs marges. De ce sacrifice, ils espèrent se constituer une nouvelle clientèle qui reviendra consommer au tarif « normal ».

La réalité est cependant bien différente de ce monde idéal. Tout d’abord, seuls 15% des gens reviennent dans le point de vente (source : Etude Rice University). Le profil de client attiré par les offres Groupon est donc le pire de ceux qu’une enseigne puisse espérer : le coureur de promo (Michel De Guilhermier)

Celui qui n’attache aucune valeur à l’enseigne dans laquelle il se rend, celui pour qui seul ne compte la valeur de la promotion. Pour ces clients là, Bob Phibbs, un expert du retail marketing, offre une comparaison tout à fait pertinente, celle du marchand de fleur.

Vous souvenez-vous de la dernière fois que quelqu’un vous a offert des fleurs ? Vous rappelez-vous le nom du fleuriste ? Ou celui de la personne qui vous les a offertes ? La majorité répondra « La personne qui me les a offertes ». Or cette personne n’est pas le point de vente mais Groupon.

Bien que des centaines d’entreprise soient sur liste d’attente pour figurer en tant que DOD « Deal Of the Day » outre atlantique (je n’ai pas recherché l’information en France), les retours des enseignes ayant utilisé le service ne sont pas des plus positives. Toujours selon l’étude menée par l’université Rice auprès de 150 PME ayant mené une campagne Groupon, 32% auraient perdu de l’argent sur l’opération, tandis que 42% des sociétés interrogées ne souhaiteraient pas réitérer l’opération. Chiffre à opposer à celui mis en avant par Groupon, qui affirme que 97% des PME seraient prêtes à réitérer l’opération.

Cette étude avance également 2 autres données intéressantes. Seuls 25% des Grouponeurs achètent dans le point de vente pour un montant supérieur à leur coupon et moins de 15% ne reviennent dans le point de vente par la suite pour acheter des produits « plein tarif ».

Avant de mener une campagne sur Groupon, les points de vente devraient donc s’interroger au préalable sur leur capacité à gérer ce qu’implique l’afflux de visiteurs issu de Groupon : financièrement, logistiquement et commercialement.

Combien va me coûter l’opération ?

Est ce que je suis structuré pour accueillir un flux de nouveaux clients ?

Est ce que je dispose d’un outil de CRM

Combien me coûtera au final l’acquisition de nouveaux clients ?

N’existe-t-il pas d’autres moyens ?

Pour répondre à toutes ces questions et en savoir plus sur la meilleure utilisation de Groupon, je vous invite à consulter les liens suivants qui m’ont été utiles pour la rédaction de ce billet.

http://idiomstrategies.com/Idiomatic/2010/08/19/groupon-nearly-killed-my-small-business/
http://www.retaildoc.com/blog/groupon-worst-marketing-business/
http://www.screenwerk.com/2010/10/01/survey-42-of-groupon-smbs-would-not-do-it-again/
http://www.entrepreneur.com/article/217705
http://boss.blogs.nytimes.com/2010/11/23/doing-the-math-on-a-groupon-deal/
http://boss.blogs.nytimes.com/2011/02/24/learning-the-hard-lessons-of-groupon/

Site coup de coeur #1

Pour débuter ce nouveau blog, je commence avec un exemple réunissant tout ce que j’aime : web design,e-commerce, vin.

Vinobest est un site d’achat groupé de vin. La mécanique n’est pas nouvelle mais c’est la première tentative de l’appliquer au domaine du vin à ma connaissance. Le principe est classique : plus il y a d’acheteurs, plus le prix unitaire de la bouteille baisse. Vinobest propose aussi une boutique traditionnelle de vente de vin en ligne.

Commençons par le design, du site. Dès ma première visite, j’ai été surpris par son élégance : couleurs, ombrés, module de signalisation du nombre d’acheteurs, menu… Ce look apporte une fraîcheur appréciable parmi tous les sites vendant du vin en ligne. J’ai aussi particulièrement aimé le menu, qui, au delà de son élégance (oui je sais j’insiste beaucoup sur ce terme), permet une navigation très rapide au sein du catalogue. Deux clics suffisent pour ajouter un produit à son panier. Simple et très efficace.

Homepage vinobest.com

Page d'accueil du site vinobest.com

Menu vinobest.com

Menu déroulant vinobest.com

J’ai noté lors de cette première visite une ressemblance dans le design de ce site et celui du Journal Du Geek. En 2 clics, cette impression fut confirmée en découvrant que l’agence ayant réalisé le site vinobest était la même que celle du Journal du Geek. Donc rendons à César ce qui appartient à César et félicitons l’agence Colorz pour ce travail esthétique irréprochable.

Différents éléments du site ont retenu mon attention. Le premier est la fiche produit des vins disponibles en achat groupé. Encore une fois esthétiquement irréprochable, cette fiche présente en un clin d’oeil toutes les informations relatifs au produit : nom, type de vente (achat groupé ou vente magasin), montant économisé en % et en valeur, durée restante, nombre d’acheteurs, module d’ajout au panier et de partage (Facebook) et un CTA sur fond vert du plus bel effet.

Fiche produit vinobest.com

Fiche de présentation d'une référence sur vinobest.com

Le second est la fiche produit des références en vente hors achat groupé. Encore une fois, tout est parfait. Style épuré, belle mise en avant de toutes les informations disponibles pour la référence avec un seul CTA coloré qui est le bouton d’ajout au panier.

Fiche produit "Boutique" d'une référence

Fiche produit "Boutique" d'une référence

Les sous menus ne sont pas en reste, comme le montre la page « Avis des membres », qui me laisse encore une fois béat d’admiration (peut être qu’il m’en faut peu) devant son look et sa pureté.

Module de commentaires d'une référence

Module de commentaires d'une référence

Voilà pour la présentation sommaire et très positive du site Vinobest. Cependant, après tous ces commentaires positifs, place à un qui l’est nettement moins et qui concerne pourtant le coeur de l’activité de Vinobest, d’un point de vue utilisateur, à savoir la recherche de références.
Passé la sélection d’un produit dans le menu général, la page d’affichage des résultats est occupée dans toute sa partie supérieure par un texte de présentation généraliste sur le site. Cela oblige à scroller pour découvrir les résultats, chose qui n’est jamais très agréable. Ce qui l’est encore moins, c’est le module de recherche supplémentaire dans cette page résultats, qui n’est pas intuitif du tout et oblige à supprimer ses filtres de recherche précédents pour en faire une nouvelle, ce qui engendre un rechargement de la page, et nécessite donc un nouveau scroll pour aller mettre en place un nouveau filtre de recherche, qui déclenche un nouveau chargement, et donc un nouveau scroll. Bref, la recherche se révèle assez fastidieuse et très longue.

Malgré ce point négatif, le site est d’une très grande qualité technique et esthétique, qui, comme je le disais en préambule, change grandement par rapport à tout ce que l’on trouve sur internet en matière de site de vente de vin en ligne.

Encore bravo à Colorz et longue vie à Vinobest.